Catégories
City Trip

Les nains de Wroclaw

En 2001, le premier nain a débarqué sur ses pavés. Depuis, des centaines d’autres l’ont rejoint, en souvenir du mouvement de révolte né dans la ville polonaise.

L’une des plus anciennes villes de Pologne, fondée dès le dixième siècle, possède une histoire riche et pleine de rebondissements. Située en plein cœur de l’Europe, la ville n’a pas été épargnée par les annexions successives de la région, qui l’ont faite passer plusieurs fois sous pavillon polonais, prusse et allemand.

Wroclaw est à ce titre aujourd’hui encore relativement connue sous son ancien nom allemand, un nom qu’elle portait jusqu’en 1945 : Breslau.

Quasiment rasée durant la Seconde Guerre mondiale, sa population a également été complètement métamorphosée, puisque quasiment tous ses habitants d’origine allemande ont été expulsés à la fin de la guerre. Tandis qu’y étaient rapatriés en masse les Polonais de Lviv, qui avait dans le même temps été rendue à l’Ukraine.

Une « alternative orange » au communisme

Au sortir des années quarante, la Pologne redevenue libre doit encore subir le joug oppressant, comme d’autres pays du bloc de l’Est, de l’Union Soviétique. Peu à peu, le régime se durcit, les manifestations sont de plus en plus contrôlées et les répressions se font nombreuses.

Ce climat atteint son moment le plus pénible au début des années 1980, avec l’instauration de la loi martiale. L’Armée prend alors le contrôle de la rue. Ce moment coïncide avec la montée en puissance des syndicats ouvriers qui joueront un rôle primordial dans le soulèvement de la Pologne, et notamment du célèbre Solidarnosc de Lech Wałęsa.

À Wroclaw, la révolte prend un autre visage : celle du mouvement Alternative Orange. Il s’agit d’un mouvement étudiant, qui réfléchit à une manière différente de se révolter. Pacifique, sa méthode d’action passera avant tout par l’organisation de happenings dans les rues, au sein desquels l’art trouvera une place importante.

Un symbole : les lutins et les nains

Le mouvement trouvera un écho particulier au sein de la population, ravie de trouver un vecteur à travers lequel exprimer son désir de liberté et d’émancipation sans risquer la répression.

Les « Oranges » adopteront un mode d’action décalé, et il leur fallait pour cela un symbole fort, reconnaissable entre tous mais dénué de tout message politique : ce sera le nain, ou krasnal, par ailleurs déjà très présent dans le folklore polonais.

Partout dans la ville, les graffitis de petits lutins fleurissent sur les murs, au grand dam des autorités qui se retrouveront bien dépourvues face à cette révolution qui n’en prend pas l’air.

L’hommage dès 2001 dans les rues de Wroclaw

En 2001, en hommage au mouvement Alternative Orange, un premier nain en bronze est placé dans la rue principale, en plein centre-ville, là où le groupe avait pris l’habitude d’organiser ses événements.

Il faudra attendre 2005 pour que cinq nouvelles statues soient placées ailleurs dans la ville, sous l’impulsion de la mairie. Petit à petit, la population se prend au jeu et leur nombre explose, principalement dans le cœur même de la vieille ville.

Aujourd’hui, on dénombre plusieurs centaines de nains dans les rues de Wroclaw. Ils font écho à l’endroit où ils sont placés, par exemple au magasin devant lequel ils se trouvent, là où d’autres sont porteurs de messages, comme les nains en situation de handicap installés dans le cadre d’une campagne « Wroclaw sans obstacles ».

Si certains touristes ignorent parfois leur véritable histoire, partir à la recherche des nains de Wroclaw fait aujourd’hui partie des incontournables de la ville polonaise.

Informations pratiques
  • Le premier nain installé en 2001, Papa Krasnal, se trouve à l’angle des rues Świdnicka et Kazimierza Wielkiego.
  • Les offices du tourisme vous fourniront des cartes à jour recensant les nains et leur localisation. Il existe aussi des applications sur téléphone portable.
  • Attention : quelques (rares) spécimens se situent en hauteur, il faut parfois lever les yeux pour les apercevoir.

Cet article a été rédigé sur la base d’un voyage effectué en janvier 2019.

Votre avis est important, dites-nous si cet article vous a plu.

Cliquez sur une étoile pour laisser une note.

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Cet article n’est pas encore noté. Vous pouvez être le premier à le faire !

Nous sommes ravis que cet article vous ait plu, merci !

Restez au courant lorsque nous publions de nouveaux articles. Pour cela, vous pouvez nous suivre sur les réseaux sociaux :

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas plu.

Vous pouvez nous aider à améliorer notre contenu.

Dites-nous comment améliorer ça.

Par Christophe

Baroudeur. Rédacteur. Inspirateur. Dans cet ordre. Ou un autre.

Travelers' Map is loading...
If you see this after your page is loaded completely, leafletJS files are missing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *