Catégories
Road Trip

Randonnée à travers le parc du Tongariro

Entre les monts Tongariro, Ngauruhoe et Ruapehu, sur un chemin long de 19,4km, découverte de l’une des plus belles randonnées de Nouvelle-Zélande.

Comme souvent en Nouvelle-Zélande, on n’est jamais bien loin d’un des lieux de tournage de la fameuse (plus que) trilogie du Seigneur des Anneaux. En plein centre de l’île du Nord, le parc national du Tongariro ne fait pas exception : c’est en effet ce parc naturel néo-zélandais, l’un des premiers créés dans le monde, qui a servi de décor pour porter à l’écran les paysages du Mordor imaginé par Tolkien.

Un chemin de randonnée, long de 19,4 km, traverse le parc et permet de profiter de superbes points de vue sur quelques-uns des lieux les plus sacrés de la culture māori (des tapu, dans la culture polynésienne). Des paysages qui font du célèbre Tangariro Alpine Crossing l’une des randonnées les plus renommées de Nouvelle-Zélande.

Point de départ de la randonnée

Le point de départ est situé au bout de la Mangatepōpō Road. Celle-ci se trouve à une vingtaine de kilomètres du point d’arrivée, sur Ketetahi Road, il n’est donc pas question de songer à faire la boucle à pied ! Nous déposerons donc notre véhicule tôt le matin sur le parking au point d’arrivée, d’où des navettes (à réserver à l’avance) nous permettront de rejoindre le départ de la randonnée.

Les quatre premiers kilomètres de la randonnée, jusqu’aux sources de Soda Springs, sont très faciles. Les chemins sont bien balisés, sur un parcours fait de planches de bois, qui dispose même de son revêtement anti-dérapant ! Le dénivelé est limité, à peine 300 mètres sur la distance.

Ce sera l’occasion de profiter des premières vues sur le mont Ngauruhoe, que vous reconnaîtrez peut-être : il s’agit en effet ni plus ni moins de la Montagne du Destin telle que vue par Peter Jackson !…

L’ascension vers South Crater

À partir de là, la randonnée devient plus exigeante physiquement et un peu plus technique. Les trois prochains kilomètres nous feront gravir 500 mètres de plus pour atteindre South Crater, le point culminant de cette randonnée (à 1868 mètres d’altitude).

Car oui, le mont Ngauruhoe, tout comme le mont Tongariro, sont en réalité des volcans, encore actifs qui plus est ! À ce stade de la randonnée, on s’en était d’ailleurs déjà rendus compte car on avait déjà pu apercevoir quelques fumeroles sur les flancs de montagne.

La toute dernière partie de l’ascension vers South Crater constitue le seul passage un peu délicat de la randonnée : les chemins sont exigus, et il est parfois plus prudent de s’aider de la corde accrochée sur le bord de la falaise pour avancer.

Fumeroles au Tongariro
La randonnée au milieu des volcans actifs permet de profiter du spectacle offert par quelques fumeroles

Mais le parcours en vaut la peine, et une fois arrivé au sommet, on en prend plein les yeux avec la vue incroyable sur les différents lacs colorés, au milieu des volcans.

Une deuxième partie de randonnée en descente

Le sommet de South Crater se trouve à un peu moins de la moitié du parcours. Il faudra d’abord rejoindre le Blue Lake, en longeant les lacs Émeraude (Emerald Lakes) durant la descente. Celle-ci n’est pas très longue (environ 150 mètres de dénivelé sur un kilomètre), mais il faut faire un peu attention car le sol se dérobe sous les pieds : on marche ici sur des cendres volcaniques.

Une fois arrivé au Blue Lake, on peut enfin souffler un peu (le lieu est idéal pour un pique-nique à la mi-journée !) avant d’entamer la longue descente vers le parking de Ketetahi Road.

Sur le chemin, de nouvelles occasions se présentent d’apercevoir les fumerolles qui sortent des entrailles de la montagne. On peut également profiter d’un beau panorama vers le nord, avec le lac Rotoaira en premier plan et, plus loin, le très grand lac Taupo qu’on avait longé en arrivant en voiture depuis Rotorua, la ville des bains.

À un peu plus de deux kilomètres de l’arrivée, le chemin pénètre enfin dans la forêt. L’occasion d’avoir enfin un peu d’ombre, après avoir passé la journée en plein soleil. Mais on n’allait pas se plaindre : mieux valait cela plutôt que de passer une journée difficile sous la pluie…

Informations pratiques

  • Compter au moins 6 heures de randonnée pendant la période estivale (novembre à mai), en étant en bonne forme physique. L’hiver, rajouter une à deux heures.
  • Le site officiel des parcs de Nouvelle-Zélande propose des informations utiles à lire avant de partir, avec notamment des brochures synthétiques pour vous aider à préparer au mieux votre randonnée.
  • Les conditions d’accès au parc sont très dépendantes de la météo. Prévoyez un plan B au cas où la pluie serait au rendez-vous, et dans tous les cas, partez toujours suffisamment équipés.

Cet article a été rédigé sur la base d’un voyage effectué en novembre 2017.

Et vous, que pensez-vous de cette destination ?

Cliquez sur une étoile pour laisser une note.

Cette destination est notée 0/5 (moyenne sur 0 votes).

Personne n’a encore noté cette destination. Soyez le premier !

Cet article vous a plu, merci ! En attendant le prochain…

Restez au courant lorsque nous publions de nouveaux articles. Pour cela, vous pouvez nous suivre sur les réseaux sociaux :

Partager cet article :
Par Christophe

Baroudeur. Rédacteur. Inspirateur. Dans cet ordre. Ou un autre. À mon tour de vous donner envie de partir.

Travelers' Map is loading...
If you see this after your page is loaded completely, leafletJS files are missing.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *