Bo-Kaap, quartier haut en couleurs de Cape Town

Dans ce quartier de la ville du Cap, en Afrique du Sud, la "nation arc-en-ciel" (le surnom du pays) n'a décidément jamais aussi bien porté son nom qu'ici !

Voitures garées sur Wale Street

Principale ville du pays et capitale parlementaire de l’Afrique du Sud, la ville du Cap est prisée des voyageurs. Construite au pied de la majestueuse Montagne de la Table et sur le littoral atlantique, Cape Town offre de nombreux atouts. D’un quartier à l’autre, les ambiances changent dans un grand melting-pot caractéristique du pays.

Mais un quartier illustre plus que tout autre celle qu’on surnomme la « nation arc-en-ciel ». Il s’agit du quartier de Bo-Kaap, sur les flancs de Signal Hill.

Les maisons colorées typiques de Bo-Kaap

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on repère facilement la frontière de ce quartier atypique de Cape Town ! Bo-Kaap doit sa renommée mondiale à ses maisons très colorées. Du rouge, du jaune, du bleu, du mauve… aucune couleur ne manque à l’appel sur les façades de ce quartier du Cap.

On se promène avec délectation au cœur des rues, voire de certaines ruelles, du quartier. On aime s’y perdre, même si vous pouvez être rassuré : on retrouve vite son chemin. Le quartier n’est en effet pas bien grand ! En plus, comme toujours à Cape Town, on se repère facilement en cherchant à travers les façades Signal Hill ou le sommet de la Montagne de la Table.

Ici, les maisons sont très bien entretenues. Il faut dire aussi que depuis 2019, le ministère sud-africain de la culture a commencé à classer ce quartier au patrimoine national. Ce faisant, il incite les propriétaires à entretenir voire à restaurer les demeures du quartier de Bo-Kaap, en préservant ce côté coloré si caractéristique de cette partie de la ville du Cap.

La volonté assumée du gouvernement sud-africain est aussi de préserver une vie sociale et culturelle traditionnelle. Il n’est pas question de transformer Bo-Kaap en un « Disneyland de Cape Town » !…

L’histoire du quartier de Bo-Kaap à Cape Town

Bo-Kaap est parfois aussi appelé le quartier malais du Cap. Une dénomination qui n’est pas sans écho bien sûr avec l’histoire du quartier de Bo-Kaap.

Car le quartier est bien aujourd’hui majoritairement peuplé d’habitants originaires de l’Asie du Sud-Est. Pas seulement de la Malaisie, mais aussi d’Indonésie et d’autres pays qui furent à l’époque sous l’emprise néerlandaise. Il faut dire que les Pays-Bas, terre de navigateurs, jouissait d’un large territoire d’influence à travers la Compagnie néerlandaise des Indes orientales.

Sur le chemin des Indes, les néerlandais s’étaient d’ailleurs arrêtés au niveau du Cap de Bonne-Espérance. Ce qui explique aujourd’hui encore la forte influence néerlandaise en Afrique du Sud, notamment au niveau de la langue : l’afrikaans.

Dès la fin du 18e siècle, les Néerlandais contrôlent ainsi la ville du Cap. Mais les populations indigènes résistent à l’esclavage instauré de force par les colons néerlandais. Ces derniers préfèrent alors faire venir des esclaves des Indes orientales, à qui étaient louées des maisons (des huurhuisjes).

Ces esclaves venus d’Asie du Sud-Est seront regroupés dans un même quartier, qui deviendra plus tard le quartier de Bo-Kaap. Initialement blanches, les huurhuisjes auraient été peintes dès les années 1830, comme une expression de liberté pour marquer la fin du joug de l’esclavage. Un répit précaire, puisque les Malais du Cap allaient un siècle plus tard eux aussi être frappés par l’apartheid sud-africain…

Que faire lors d’une visite à Bo-Kaap ?

Le quartier de Bo-Kaap à Cape Town incite surtout à la flânerie. Garez-vous où vous trouverez une place, et laissez-vous guider par votre instinct à travers les rues du quartier. Le quartier est évidemment très photogénique ! Si vous manquez d’inspiration, vous pourrez toujours suivre l’un des nombreux groupes de touristes qui visitent chaque jour le quartier de Bo-Kaap…

Du fait de la présence d’une importante population musulmane de par son histoire, le quartier de Bo-Kaap dispose de plusieurs mosquées. Parmi elles, la mosquée Auwal, sur Dorp Street, a été érigée en 1794. Elle est à ce titre la plus ancienne mosquée d’Afrique du Sud.

Pour en apprendre davantage sur la vie du quartier et l’histoire des Malais du Cap, on peut visiter le musée de Bo-Kaap. Le musée de Bo-Kaap est aménagé dans la plus vieille maison du quartier, construite en 1760. L’architecture de la maison est typique du style Cape Dutch, avec sa terrasse surélevée (voorstoep), ses fenêtres ou sa porte à deux battants (boenonder).

Informations pratiques

  • On peut se rendre en voiture à Bo-Kaap et y trouver assez facilement une place où se garer. Comme souvent, des personnes vous proposeront de surveiller votre voiture contre quelques rands : acceptez. Une alternative est aussi d’utiliser les services d’un VTC.
  • Le musée de Bo-Kaap est ouvert du lundi au samedi, de 9h à 17h. L’entrée coûte 20 rands (environ 1,2€). Plus d’informations sur le site officiel du musée de Bo-Kaap.
  • Le quartier de Bo-Kaap n’échappe pas aux règles basiques de vigilance applicables à Cape Town : n’exhibez pas d’objets de valeurs et ne cherchez pas à vous isoler dans des ruelles.

Cet article a été rédigé sur la base d’un voyage effectué en novembre 2019.

Partager cet article :

/ dernière mise à jour le


Travelers' Map is loading...
If you see this after your page is loaded completely, leafletJS files are missing.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je ne suis pas un robot : + 43 = 45