Catégories
Road Trip

Un tour du monde sans quitter la Floride

Saviez-vous qu’il est possible de se réveiller à Naples, partir en virée à St Petersburg et dîner à Melbourne, tout ça en une journée et en restant en Floride ?

L’histoire de la colonisation des États-Unis par les Européens fait qu’il existe un certain nombre de villes dans le pays aux consonances familières. Ainsi est-il possible de se rendre à Montpelier, dans le Vermont, Orleans dans le Massachusetts ou même Paris dans le Kentucky. Harlem aussi, avant d’être le nom d’un célèbre quartier de New-York, est surtout et avant tout celui d’une ville néerlandaise dans les environs d’Amsterdam.

En Floride, il est carrément possible de faire ce qui pourrait s’apparenter à un véritable tour du monde… et tout ça, en une (bonne) journée de voiture à peine !

Naples ou Venise, à vous de choisir

Le trajet débute sur l’US41, qui traverse les États-Unis du nord au sud, peu après avoir quitté le parc national des Everglades. La route longe alors les côtes du Golfe du Mexique, à l’ouest de la Floride, et le nom de l’une des premières villes traversées a de quoi surprendre : Naples !

La ville est fondée à la fin du dix-neuvième siècle. L’objectif est d’en faire un lieu de villégiature pour les Américains du nord du pays, qui pourraient apprécier le climat particulièrement doux de la région et ses eaux très poissonneuses.

Les journaux de l’époque lancent de grandes opérations de publicité dans leurs colonnes, vantant les mérites de celle qui « surpasse la baie de Naples, en Italie ». Le nom subsistera à la localité…

Aujourd’hui, Naples est appréciée pour ses plages ultra-propres de sable blanc, parmi les plus belles du pays et plutôt bien assorties aux magnifiques villas qu’on peut voir un peu partout en ville. Pas étonnant, car c’est l’une des villes les plus riches des États-Unis.

Panneau à Naples
Panneau à l’entrée de la plage de Naples Beach

En remontant plus au nord sur l’US41, la virée italienne se poursuit également avec la découverte de Venice, qui souffre peut-être quant à elle de l’ombre du quartier homonyme de Los Angeles…

St Petersburg, dans la baie de Tampa

En continuant vers le nord puis en prenant l’Interstate 275, on traverse d’abord la baie de Tampa sur les hauteurs de l’impressionnant Sunshine Skyway Bridge. Ce pont à haubans, long de presque 9 kilomètres suit le tracé d’un autre pont, détruit après avoir été endommagé par une collision avec un navire cargo. Depuis son ouverture en 1987, il offre un raccourci appréciable pour rejoindre St Petersburg, en Floride.

La ville a été fondée en 1888 par John Williams, qui en a acheté les terres, et Peter Demens, qui a contribué à son essor en la reliant au rail. La légende raconte que Williams et Demens jouèrent à pile ou face pour déterminer qui des deux aura l’honneur de nommer la ville.

C’est Demens qui gagne, de son vrai nom Pyotr Dementyev. Émigré de Russie, il décide de rendre hommage à sa patrie natale en baptisant la ville du nom de la célèbre cité des tsars.

St Petersburg est aujourd’hui connue comme étant le berceau de l’aviation commerciale. C’est d’ici que décolla le premier vol régulier de l’histoire, le 1er janvier 1914, avec à son bord un ancien maire de la ville. Elle est aussi célèbre pour son musée Salvador Dalí, qui accueille la plus grande collection d’œuvres de l’artiste espagnol hors d’Europe.

Melbourne, le paradis des surfeurs

De Tampa, en traversant la Floride pour rejoindre la côte Atlantique, vous tomberez à peu près pile à hauteur de Melbourne. Rien à voir avec la capitale du street-art australien, quoi que…

Avec ses immenses plages, plus sauvages que dans la partie sud de « l’État du soleil qui brille » (The Sunshine State, comme est surnommée la Floride), Melbourne a des airs de paradis pour les surfeurs.

La ville aurait été fondée en 1880 par Cornthwaite John Hector, qui fût également son premier receveur des postes. D’abord nommée Crane Creek, le nom aurait été ensuite modifié en hommage à son fondateur, qui avait passé une grande partie de sa vie à Melbourne, en Australie.

Aujourd’hui, la ville abrite le Florida Institute of Technology. L’université, créée à la fin des années cinquante, était destinée à combler la pénurie d’ingénieurs et de chercheurs qui devaient aider la NASA, implantée à une quarantaine de kilomètres plus au nord, à Cape Canaveral, à assouvir ses rêves les plus fous de conquête spatiale.

Avec le succès que l’on connaît.

Informations pratiques

  • Naples : à 60km (45 minutes de route) de Everglades City ou 180km (2h de route) de Miami.
  • St Petersburg : à 250km (2h30 de route) au nord de Naples. Venice est à peu près à mi-chemin.
  • Melbourne : à 275km (2h45 de route) à l’est de St Petersburg ou 110km (1h15 de route) au sud-est d’Orlando. Compter ensuite 3h de route pour rejoindre Miami. Ne manquez pas la visite de Cape Canaveral à une quarantaine de kilomètres.

Cet article a été rédigé sur la base d’un voyage effectué en février 2020.

Et vous, que pensez-vous de cette destination ?

Cliquez sur une étoile pour laisser une note.

Cette destination est notée 0/5 (moyenne sur 0 votes).

Personne n’a encore noté cette destination. Soyez le premier !

Cet article vous a plu, merci ! En attendant le prochain…

Restez au courant lorsque nous publions de nouveaux articles. Pour cela, vous pouvez nous suivre sur les réseaux sociaux :

Partager cet article :
Par Christophe

Baroudeur. Rédacteur. Inspirateur. Dans cet ordre. Ou un autre. À mon tour de vous donner envie de partir.

Travelers' Map is loading...
If you see this after your page is loaded completely, leafletJS files are missing.
1 réponse sur « Un tour du monde sans quitter la Floride »
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *