Encore un site de lieux, de voyages et de découvertes.

La salle 600, celle du procès de Nuremberg

En Bavière, Nuremberg semble désormais à jamais associée aux célèbres procès qui s'y sont tenus. Visite du musée-mémorial consacré aux procès de Nuremberg.

L'intérieur de la salle 600 du procès de Nuremberg

Il est des villes irrésistiblement attachées à un événement en particulier. Tel est peut-être le destin de Nuremberg. La deuxième ville la plus importante de Bavière, après Munich bien sûr, ne manque pourtant pas de charmes ! C’est en effet une ville riche en histoire, notamment durant le Moyen-Âge où la ville fût un important carrefour du commerce européen.

Oui, mais voilà, un procès est passé par là. Il s’agit bien sûr du célèbre procès de Nuremberg, qui s’est tenu dans cette ville d’Allemagne au lendemain de la Seconde guerre mondiale, entre 1945 et 1946. Un procès historique, fondateur pour le droit international moderne, qui colle désormais à la réputation de la ville de Nuremberg.

Dans cet article, je vous emmène visiter le mémorial des procès de Nuremberg. Le musée est situé dans le palais de justice de Nuremberg, traversant même la salle 600 où se sont tenues les audiences. Il retrace le déroulé du procès de Nuremberg, de la fin de la guerre jusqu’à la création de la Cour pénale internationale.

À l’entrée du musée, la salle 600 où s’est déroulé le procès de Nuremberg

Un peu à l’écart du centre-ville, à une trentaine de minutes à pied vers l’ouest, se trouve le palais de justice de Nuremberg. C’est là que s’est tenu le célèbre procès de Nuremberg, qui fait désormais la renommée de la ville allemande. C’est aussi là que se trouve désormais un musée-mémorial qui retrace l’histoire des procès de Nuremberg.

On y entre par ce qui ressemble à une aile du palais de justice, pourtant c’est peut-être là que se situe son épicentre. Dès le début de la visite, une fois les tickets récupérés, on monte une première volée d’escalier pour arriver dans la fameuse salle 600 du palais de justice de Nuremberg.

C’est dans cette salle que les audiences des procès de Nuremberg se sont tenues. Le lieu est chargé d’histoire. Aujourd’hui, la salle est encore utilisée pour des procès, si bien que parfois, la visite pourra être impossible pour cause d’audience. Heureusement, cela semble plutôt rare !

Cela veut aussi dire que la salle a été modernisée depuis l’année 1946 : la salle 600 n’est pas restée dans son jus, mais un audioguide et des supports vidéos expliquent les modifications apportées depuis.

Le procès de Nuremberg, un procès pour l’Histoire

Mais résumer le mémorial des procès de Nuremberg à la simple visite de la salle 600 serait beaucoup trop réducteur. Le musée est aussi une opportunité unique d’en apprendre davantage sur les tenants et aboutissants du procès de Nuremberg.

Certains y découvriront notamment que le procès de Nuremberg est un procès fondateur pour le droit international moderne. C’est la première fois que des crimes de guerre ont été jugés. L’enjeu était de taille : il fallait un procès équitable, qui ne puisse être perçu aux yeux du public comme une « humiliation » du vaincu par les vainqueurs.

Le musée-mémorial des procès de Nuremberg relate en outre les difficultés géopolitiques de l’organisation d’un tel procès. Les règles d’un tel procès, qui avait lieu pour la première fois de l’Histoire, devaient être écrites en partant presque de zéro. Et il fallait faire se mettre d’accord quatre grandes puissances : les États-Unis, l’URSS, la Grande-Bretagne et la France !

L'intérieur du musée-mémorial
Le musée contient une série de panneaux didactiques qui retracent le déroulé du procès de Nuremberg, avec un audioguide en français

L’accord de Londres, signé le 8 août 1945, va définir l’ensemble des règles du procès. Il en définit notamment le périmètre, et donc les chefs d’accusation. Parmi ceux-ci, l’accusation de « complot », directement tirée du droit anglo-saxon, comme une bonne partie des règles du procès.

Le musée raconte ainsi comment le juge français a systématiquement jugé les prévenus non-coupables, ne reconnaissant pas l’existence de ce chef d’accusation dans son droit national !

Les règles du procès de Nuremberg ont également permis, après un intense travail de négociation, de définir pour la première fois de l’Histoire la notion de « crime de guerre ». Une définition malheureusement toujours d’actualité, et au cœur du travail de la Cour pénale internationale, dont la création, bien que remontant à 2002 seulement, découle en quelques sortes de la tenue du procès de Nuremberg.

Le choix de la ville de Nuremberg

Parmi les pièces saisissantes exposées dans le musée-mémorial des procès de Nuremberg : le banc des accusés. Rudimentaire, il ne figure plus dans la salle 600, mais est exposé comme une pièce d’histoire dans l’enceinte du musée. Sur ce banc s’est notamment assis Hermann Goering, l’un des criminels de guerre jugés durant les procès de Nuremberg.

Des photographies d’époque le montrent portant des lunettes de soleil en pleine audience. Les explications sur les murs du musée expliquent que, pour permettre de filmer le procès (une première là encore !), la salle 600 avait dû être équipée de lumières puissantes qui éblouissaient les prévenus. Les procès de Nuremberg furent également les premiers à être traduits en plusieurs langues simultanément.

Mais au fait, pourquoi les procès de Nuremberg se sont-ils tenus dans cette ville d’Allemagne ? Le musée apporte quelques éléments de réponse à cette question durant la visite.

La ville de Nuremberg était en effet une ville importante pour le NSDAP, le parti nazi. On peut d’ailleurs encore aujourd’hui visiter l’impressionnant (et un peu étrange, il faut bien l’avouer !) Reichsparteitagsgelände, un complexe démesuré au sud-est de la ville, où se sont tenus entre 1933 et 1938 les congrès annuels du parti nazi.

Pourtant, la raison du choix de Nuremberg est plus pragmatique. Bien que cette histoire a fait du choix de Nuremberg pour tenir les procès un symbole, la décision a été essentiellement guidée par des considérations logistiques. Nuremberg était l’une des seules villes où des infrastructures étaient disponibles pour accueillir un tel procès.

En effet, au-delà du seul palais de justice de Nuremberg, il fallait également avoir des logements disponibles pour accueillir les prévenus, les victimes et les témoins… sans oublier, déjà à l’époque, les nombreux médias amenés à suivre les procès de Nuremberg.

Une histoire complexe, structurante pour notre monde moderne, et émouvante, que raconte à merveille le musée-mémorial des procès de Nuremberg. Incontournable d’un voyage à Nuremberg en Bavière !

Informations pratiques

  • Le musée-mémorial des procès de Nuremberg est situé au Bärenschanzstraße 72 à Nuremberg, à une trentaine de minutes à pied du centre-ville, ou par le métro ligne bleue (U1) à la station Bärenschanze.
  • Le musée est ouvert tous les jours de mardi à dimanche, de 10h à 18h le week-end et de 9h à 18h les autres jours. Compter environ 2h sur place.
  • L’entrée coûte 7,5€, avec des réductions possibles (étudiants, notamment) à 2,5€, comme les autres musées municipaux de Nuremberg. En particulier, l’entrée est gratuite avec la Nürnberg Card. Plus d’informations sur le site officiel du mémorial des procès de Nuremberg.
  • Les panneaux sont en allemand et en anglais, mais des audioguides (inclus dans le prix d’entrée) sont disponibles en français.

Cet article a été rédigé sur la base d’un voyage effectué en août 2023.

Partager cet article :

Travelers' Map is loading...
If you see this after your page is loaded completely, leafletJS files are missing.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + = 3