Catégories
City Trip

Stockholm : un chantier naval hors norme

À l’Est de la capitale suédoise, le Musée Vasa abrite une pépite de l’histoire navale. Après 300 ans passés sous l’eau, celle-ci délivre enfin tous ses secrets.

Ce n’est pas forcément la première chose à laquelle on pense quand on envisage de se rendre dans la capitale du royaume de Suède. Pourtant, Stockholm possède un petit bijou de l’histoire navale mondiale : le Musée Vasa.

Situé sur l’île de Djurgården, à l’est de la ville, le musée abrite le seul navire du dix-septième siècle encore conservé dans un état presque intact. Un bâtiment qui possède, en plus de cela, une histoire pour le moins rocambolesque !

un bateau à la hauteur de la puissance suédoise

La construction du navire débute en 1626. À cette période, la Suède a fini par devenir l’une des grandes puissances du nord de l’Europe, au prix de guerres sans merci. L’une des plus importantes l’opposa à la Pologne à partir de 1625. Le conflit fût à l’origine de la destruction d’une partie de la flotte maritime du royaume.

La Suède devait donc reconstruire ses forces navales, et affirmer par la même occasion sa suprématie sur la Baltique. C’est dans cet objectif qu’une commande est passée pour construire le Vasa. D’une longueur de près de 70 mètres pour une capacité de 1400 tonneaux, le trois-mâts peut transporter plus de 430 hommes. Quatre autres navires, presque identiques, continueront de former le bastion de la flotte suédoise.

Comme la tradition l’exigeait à l’époque, un soin particulier est en outre apporté à la décoration du navire. D’innombrables sculptures, destinées à asseoir la magnificence du royaume et à intimider l’ennemi, viennent orner les différentes parties du bateau.

Un premier voyage chaotique

Après deux ans de construction, le Vasa peut finalement effectuer son voyage inaugural. Le navire quitte le port de Stockholm pour se diriger vers une base située à une cinquantaine de kilomètres plus au sud.

Mais le voyage tourne court et vire rapidement au drame ! Au bout d’à peine un mille marin (moins de deux kilomètres seulement), une bourrasque déséquilibre le bâtiment qui chavire et finit par sombrer, à une centaine de mètres de rivage.

On tente de récupérer le navire, mais les techniques de l’époque ne sont pas au point et l’opération ne permet finalement de remonter à la surface que les canons du navire, un de ses biens les plus précieux en temps de guerre. Petit à petit, le navire sombre alors pour la deuxième fois : cette fois, dans l’oubli.

Un trésor archéologique inestimable

Il faudra attendre 1961 pour que le navire soit finalement remonté en cale sèche, une opération qui dura près de deux semaines et qui fût, à l’époque, fortement médiatisée.

Un premier enjeu doit alors être traité très rapidement : celui de sa conservation. Après plus de trois siècles passés dans l’eau, la structure en bois du navire est étonnamment bien conservée mais son exposition à l’air libre est susceptible de causer des dommages irréversibles. Le bateau sera aspergé de glycol pendant dix-sept ans, puis devra subir une période de séchage lent de neuf années !

Une structure temporaire est d’abord construite pour l’accueillir, avant son transfert au Musée Vasa, tel qu’on le connaît aujourd’hui, fin 1988.

L’épreuve du temps n’aura finalement causé que peu de dégâts à de nombreux objets présents au sein du bateau lors de son premier voyage, à l’exception notable des pièces métalliques. L’épave constitue à ce titre un trésor archéologique inestimable pour mieux connaître l’histoire de la Suède au dix-septième siècle.

Le Musée Vasa est aujourd’hui organisé sur six niveaux, qui permettent de contempler sous tous les angles le navire qui aurait dû être le fleuron de la flotte suédoise. Les salles aménagées autour du bateau permettent d’en apprendre plus sur l’histoire du Vasa, de sa construction jusqu’au défi que représente toujours sa conservation.

Informations pratiques

  • Le Musée Vasa se trouve à 2 km (environ 30 minutes à pied) à l’est du centre-ville historique de Stockholm. On peut aussi prendre le tram (ligne 7, arrêt Djurgårdsbron).
  • Horaires et tarifs sur le site officiel du musée.
  • L’île de Djurgården, sur laquelle est situé le musée, abrite d’autres curiosités à découvrir, parmi lesquelles un grand parc ou encore le musée ABBA, consacré au célèbre groupe suédois.

Cet article a été rédigé sur la base d’un voyage effectué en mars 2018.

Et vous, que pensez-vous de cette destination ?

Cliquez sur une étoile pour laisser une note.

Cette destination est notée 0/5 (moyenne sur 0 votes).

Personne n’a encore noté cette destination. Soyez le premier !

Cet article vous a plu, merci ! En attendant le prochain…

Restez au courant lorsque nous publions de nouveaux articles. Pour cela, vous pouvez nous suivre sur les réseaux sociaux :

Partager cet article :
Par Christophe

Baroudeur. Rédacteur. Inspirateur. Dans cet ordre. Ou un autre. À mon tour de vous donner envie de partir.

Travelers' Map is loading...
If you see this after your page is loaded completely, leafletJS files are missing.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *